Rhétorique de l’image versus Poétique de l’image

Qu’on se rassure, cet atelier de lecture n’a pas tourné au pugilat. La séance toute pacifique s’est organisée toutefois autour des deux textes suivants, choisis pour l’antagonisme de leurs démarches intellectuelles :

Anne-Marie Christin, Poétique du blanc : vide et intervalle dans la civilisation de l’alphabet, Présentation, Paris, Vrin, 2009, p. 7-12.
Volker Schröder, « Le langage de la peinture est le langage des muets » : remarques sur un motif de l’esthétique classique, dans René Démoris (dir.), Hommage à Elizabeth Sophie Chéron : texte et peinture à l’âge classique, Prospect n°1, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, p. 95-110.

Le texte de Volker Schröder donne un aperçu clair et synthétique de la théorie de l’art en France au XVIIe siècle. De plus, il met pertinemment en valeur l’acuité du débat de l’Ut pictura poesis dans la théorie et la pratique artistiques du XVIIe siècle, lorsque la peinture n’était considérée qu’à travers le filtre de la rhétorique, dont il s’agissait d’imiter les ressources (notamment celles de l’actio) et les fins. Alors la peinture était tenue pour le « langage des muets », expression qui, en soulignant l’infirmité de la discipline, révèle le puissant tropisme du langage et de la rhétorique dans la pensée de l’art au XVIIe siècle, dont peu d’historiens de cette période semblent s’être affranchis.
L’ouvrage d’Anne-Marie Christin prend à contrepied cette historiographie séculaire : en s’ancrant dans la langue écrite, sphère de prédilection de la rhétorique, l’auteur en vient à considérer l’écriture comme un phénomène iconique avant que d’être linguistique. Mme Christin suggère que l’ « image écrite » porte un sens pré-linguistique original qui enrichit la puissance de signification du verbe. Cette démarche novatrice permet de se défaire des traditionnelles grilles rhétoriques et sémiologiques à travers lesquelles s’appréhende le plus souvent la peinture, et ouvre de stimulantes perspectives sur une analyse plus soucieuse de la spécificité non linguistique de l’image, qu’elle soit écrite ou peinte.

Qu’est-il ressorti de la confrontation contrastive de ces deux textes ? Une discussion pétillante, et surtout une incitation pressante à ne plus juger les arts visuels à l’aune du discours. L’atelier a mis en lumière la pertinence d’un changement de méthode, et abouti à un glissement de la rhétorique à la poétique de l’image, qui engage à étudier les moyens spécifiques et non linguistiques par lesquels les œuvres d’art exposent et incarnent du sens. Ce changement devrait s’opérer grâce au recours à un vocabulaire technique spécifique aux œuvres d’art, et sensible à leur formalisme propre, expressif, et distinct des techniques du discours. Le plus excitant reste donc à faire : examiner cette « pensée en peinture » (Cézanne) à partir de ses propres moyens de représentation, soit découvrir au cas par cas la puissance de signification silencieuse de la forme.


Das könnte Dich auch interessieren...

1 Antwort

  1. keimelion sagt:

    Je ne crois pas q’une image peut être dechiffreé sans mots. Même dans une réception intuitive ou qui se veut „intuitive“ et qui serait plutôt contemplative et se passerait dans la silence il faudra des mots si l’acte de réception ne faudra pas finir dans le rien. Certes, il n’y a pas toujours un text écrit derrière une manifestation visuelle comme dans le XVIIème siècle mais il y en a des mots. Même un geste sans réflexion sur une toile porte dans un contexte une sense ou des valeurs, donc il y a peut-être un changement dans le registre discursif (vocabulaire technique, formalisme etc.) mais il n’y a pas de silence. 🙂

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.