Il n’y a pas besoin de paroles pour faire rire

Un des mythes fondateurs du rire, peut-être le plus ancestral dans la culture occidentale, est celui de Baubô, la vieille nourrice qui fait éclater de rire Déméter devenue muette depuis l’enlèvement de sa fille Perséphone. Après une course sans espoir, la déesse arrive à Éleusis où elle se renferme dans son deuil, refusant de manger et de parler à quiconque. Les habitants de la ville cherchent à la consoler mais toutes les tentatives sont vaines. Arrive Baubô, la vielle servante. Elle aussi apporte son réconfort avec de sages paroles, mais Déméter refuse de l’écouter. La vielle servante retrousse alors son péplos et exhibe son sexe devant les yeux de la déesse, tandis que le jeune Iacchos agite la main sous son sein. À cette vue Déméter éclate de rire, car le geste obscène, absolument inconvenant, provoque en elle une telle surprise qu’elle oublie son chagrin et ne peut se retenir. La déesse accepte finalement la boisson qui lui avait été apportée.

Une des grandes contributions de la Renaissance à la théorie du rire est la découverte que le rire est l’expression de sentiments et d’émotions divers, mais qu’il est toujours lié à la surprise. Le rire est fils de l’étonnement ! Ainsi l’affirment, pour la première fois, les auteurs du XVIe siècle qui s’intéressent aux causes du rire. Pour Vincenzo Maggi « la laideur ne peut faire rire que si elle est associée à la surprise » (Maggi, De ridiculis) et Girolamo Fracastoro écrit que « les choses qui nous poussent à rire doivent apparaître devant nous soudainement et de façon inattendue » (Fracastoro, De Sympathia et antipathia).

Albrecht Dürer, "Una vilana Windisch", 1505, Londres, British Museum.

Aristote avait jeté les bases de cette compréhension psychologique du rire, au chapitre XI de la Rhétorique, lorsqu’il note le pouvoir comique des asteia: des métaphores exceptionnelles qui provoquent l’émerveillement et la surprise grâce à leur sens caché. Mais à la Renaissance, cette conception nouvelle des mystères du rire a un impact important sur les arts figuratifs. Dans sa définition des pitture ridicole, Gabriele Paleotti remarque que les peintures réalisées avec l’intention de faire rire doivent cogliere l’uomo all’improvviso (saisir l’homme à l’imprévu) pour susciter son émerveillement, et que, pour préserver leur caractère surprenant, il faut les conserver dans des lieux spécifiques, les montrer rarement et éventuellement les accompagner d’un discours fait à propos (Paleotti, Discorso sopra le immagini). Nombreux, d’ailleurs, sont les artistes à avoir introduit dans leurs œuvres des plaisanteries ou des capricci qui instaurent un jeu ludique avec le spectateur et suscitent son rire par le renversement des apparences.

Peu d’historiens de l’art se sont intéressés à la manière dont les images cherchent à nous surprendre par le dépassement des convenances morales ou esthétiques, alors même que la prise en compte de la théorie de l’étonnement, proposée dans les ouvrages médicaux et philosophiques de la Renaissance, s’avère particulièrement intéressante pour repenser le phénomène du rire dans les images. Des fameux éclats de rire qui marquent un jugement négatif irrévocable, au rire savant qui récompense les inventions des maîtres, en passant par le rire qui exorcise la peur, l’étonnement est la conditio sine qua non.

La difficulté à étudier le rire comme un phénomène propre aux images, sans faire appel au référent textuel, est liée, à mon sens, à un double aspect : au caractère non verbal du rire ainsi qu’au silence caractéristique de la peinture. Comment rendre compte d’un tel phénomène par la parole ? Qu’est-ce qui provoque le rire dans une peinture ?

Du 7 au 10 Mars 2012 le Centre Allemand d’histoire de l’art et le CHAR (Centre d’histoire de l’art de la Renaissance), proposent un colloque international pour réfléchir aux pratiques du rire propres aux images. Voir le programme « Rire en images à la Renaissance » sur le site du DFK et de l’HiCSA.

 

 



Das könnte Dich auch interessieren...

2 Antworten

  1. http://tinyurl.com/7ohjozh sagt:

    I’m impressed, I must say. Actually not often do I encounter a weblog that’s both educative and entertaining, and let me let you know, you have hit the nail on the head. Your idea is outstanding; the difficulty is one thing that not sufficient people are talking intelligently about. I am very joyful that I stumbled throughout this in my search for one thing relating to this.

  2. keimelion sagt:

    Merci pour cette introduction très interessante! Je crois qu’il aura beaucoup de gens qui aiment ce sujet. C’est dommage que je ne serai pas à Paris pour assister au colloque mais je vous souhaite du succès! Les toiles anciennes mais aussi l’art moderne (voir Dada) sont à mon avis pleines de surprises visuelles. Avez vous l’intention de publier les textes du colloque? Ca serait vraiment super! 🙂

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.