Silences rebelles, silences dévots

Workshop animé le 7 décembre 2011

La conférence Carolin Behrmann (Institut d’histoire de l’art de l’Université Humboldt de Berlin – Institut Max Planck de Florence) a mis en évidence la notion de silence de résistance à travers quelques images des martyrs: le saint refuse le culte des idoles païennes, et subit en silence les supplices, cette indifférence se faisant l’indice d’une contestation et d’une supériorité. Son stimulant propos favorise les rebondissements, et j’ai choisi de m’intéresser aux deux idées suivantes: la dissidence véhiculée par l’image de Moïse, et le silence méditatif des images de l’histoire de Moïse au XVIIe siècle.

Poursuivons donc sur la piste alliciante ouverte par Carolin Behrmann, et tâchons de voir, dans un autre contexte, comment l’image se fait vecteur de contestation tacite. La démonstration se fera à la lumière du cycle de l’histoire de Moïse peint par Sébastien Bourdon pour le baron de Vauvert vers 1657-1660.

SILENCES FRONDEURS

Bien que naturellement silencieuse, l’image peut se faire aussi contestataire que de bruyantes manifestations et de sanglantes révolutions. Bourdon, peintre protestant, exécute vers 1657-1660 pour le baron de Vauvert, calviniste lui aussi, un ensemble de toiles qui représentent l’histoire de Moïse. Le commanditaire, à la tête d’une enclave protestante nichée au cœur du royaume catholique de France, siège aux États de Languedoc, et à la Cour des Aides de Montpellier. L’histoire locale se souvient de ce gentilhomme comme d’un diligent bienfaiteur de ses sujets coreligionnaires.
Dans ce contexte calviniste, le choix de Moïse, prophète dissident qui résiste au Pharaon idolâtre et païen, n’est pas gratuit, et conduit à penser que le cycle mosaïque serait une sorte de miroir de l’action politique locale du baron en faveur de ses sujets coreligionnaires, celui-ci n’ayant cessé de défendre leurs intérêts au sein des assemblées et des cours locales. J’ai tâché de montrer que le choix iconographique du baron reflétait la condition difficile de ses vassaux, persécutés par l’administration royale catholique, comme les Hébreux étaient tyrannisés en Égypte avant que Moïse ne les délivre. Cette présumée appropriation allégorique et encomiastique de l’iconographie de l’histoire de Moïse confère une légitimité tacite à l’action du baron, et assimile les menées anti-protestantes ourdies par l’administration catholique royale aux exactions du tyrannique Pharaon.

D'après Sébastien Bourdon, Moïse devant le Buisson ardent, tapisserie d'Aubusson, vers 1660, 285x240 cm

S’ils favorisent cette lecture contestataire et pro-calviniste, le contexte de création du cycle et les sujets retenus par le baron n’en sont pas les seules marques. Le peintre semble en outre avoir adopté un style calviniste fondé sur des procédés de représentation concertés, en vue d’épouser la spiritualité protestante et protestataire de son commanditaire. Ainsi, inspiré de la théologie négative de Calvin qui défend la figuration de Dieu, le peintre élude la théophanie et la représentation de la colonne de feu dans une scène comme le Passage de la mer Rouge et recourt au symbolisme littéral du tétragramme dans la scène du Buisson ardent. Cette étude s’appuie sur l’analyse détaillée de chacun des tableaux qui forment ce cycle, pour suggérer que la résistance au pouvoir tyrannique majoritaire gisait aussi dans des images traditionnelles, silencieuses et apparemment anodines.

SILENCES DÉVOTS

Abordons à présent un aspect moins sulfureux du silence des images mosaïques. Celles-ci peuvent se faire aussi adjuvants de la piété, et inducteurs de méditation silencieuse sur les sens cachés des Écritures. À lire les grands historiens de l’art religieux comme Émile Mâle ou Louis Réau, les peintures vétéro-testamentaires étaient le plus souvent perçues comme des préfigurations d’épisodes néo-testamentaires. Toutefois, ces auteurs se gardent bien d’expliquer comment se font ces rapprochements dans les tableaux et se contentent de produire des références théologiques pour autoriser leur démonstration.
Or, de tels renvois textuels nient la spécificité de l’image. Si quelques mentions de scènes typologiques qui juxtaposent les épisodes vétéro-testamentaires et néo-testamentaires selon des exégèses allégoriques attestées peuvent jeter quelque clarté sur le mode de fonctionnement des images et étayer leur démonstration, ces auteurs restent toutefois muets sur le régime de référence et de signification des images strictement vétéro-testamentaire du XVIIe siècle.

En conséquence, je tâche de déterminer s’il existe dans ces œuvres des indices plastiques qui induisent à de telles correspondances et si elles sont systématiques. Cette étude se fait à partir d’œuvres de l’histoire de Moïse du XVIIe siècle que je ne peux reproduire intégralement dans ce bref billet. Elle suggère que le silence de l’image se fait parfois loquace, et qu’il existe une subtile exégèse visuelle des tableaux français de l’histoire de Moïse au XVIIe siècle dotée d’une rare puissance de condensation et d’évocation. Terminons par un exemple: quelques Moïse exposé sur les eaux, par la disposition centripète de leurs personnages qui rayonnent autour du petit Moïse et le symbolisme chromatique de leurs vêtements, non moins que par l’usage d’un linceul blanc comme celui qui enveloppe traditionnellement Jésus dans sa mangeoire, stimulent la culture visuelle du spectateur et font référence aux scènes de Nativité, conformément à la tradition exégétique allégorique, quoique selon des moyens exclusivement picturaux. Bien que silencieuses, de telles images se font le support d’une profonde et muette réflexion sur l’interprétation allégorique de la Bible.


Das könnte Dich auch interessieren...

4 Antworten

  1. Latona sagt:

    11e commandement: Tu ne te tairas point! Ce que vous donnez est vraiment intéressant. Merci pour ce bref résumé! C’est de nouvelles pistes…

    • Matthieu Somon sagt:

      Merci pour l’intérêt manifesté ! N’hésitez pas à votre tour à nous proposer quelque contribution pour le blog. Tu ne taieras point, n’est-ce pas ?

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.